Chemot: Pourquoi sortir d’Egypte? – Rav Benitah

Parce que nous sommes Juifs! Je vous propose d’analyser ensemble ces 3 mots afin de pouvoir juger par vous-même de l’authenticité et de la véracité de cette réponse courte et simple somme-toute.

« Nous » tout d’abord. Il nous faut réfléchir sur le « je » afin de pouvoir analyser ce nous. L’humanité se divise essentiellement en deux conceptions en apparence contradictoires que je nommerai l’idéologie du « je » et l’idéologie du « tu ». Lorsque le « je » authentique tente de s’exprimer, le « tu » aurait tendance à l’en empêcher. Si le « tu » essaie de donner forme à son identité, le « je » lui rebroussera chemin parfois même avec véhémence. Le conflit semble inévitable. Cette problématique est observable tant au niveau de l’individu qu’au niveau de la nation et parait insoluble. Mon existence possible  se résumerait a deux options tragiques: être conquis ou être conquérant. Une première alternative s’offre à moi, séduire le « je » afin qu’il se résigne aux désirs du « tu », mais cela est en fait un leurre car le « je » perd tout aussi tragiquement sa dignité. Ainsi afin de m’inscrire dans la reconnaissance de mon identité pleinement assumée, il m’appartient de m’associer à l’identité du nous, l’identité d’un peuple, ne serait-ce que par devoir de mémoire, afin de ne mépriser ni le « tu », l’Autre, la société avec laquelle je cohabite, ni l’identité du « je », ma manière propre et géniale d’être l’être que je suis, pleinement assumée et donc pleinement accomplie. « Nous » est un peuple qui naquit voilà plus de 3000 ans en Egypte, et qui par tradition patriarcale en est sorti, qui par moment tellement attache au « tu », habité par ce que certains appelleraient le syndrome de Stockholm, si ardemment attaché aux geôliers,  qu’il aspire toujours au bien-être égyptien. Il se montrera parfois même nostalgique au joug égyptien, aussi il se montrera hésitant lorsqu’il lui sera proposé (imposé!?) de déguster les 5 verres de la liberté.

« Sommes » – être. Toute existence est inévitablement relative. Aucun ne peut réellement prétendre « être », puisque son existence n’est que provisoire et ponctuel. En hébreu, on ne sera pas étonné que seul à Dieu revienne le privilège de pouvoir affirmer « Je suis ». Tout « créé » se réfère au Créateur, et est amené irrémédiablement à s’éteindre, car dépendant des forces multiples qui parsèment l’Ordre de la Nature. Le Peuple Juif en revanche, et l’histoire l’a montré à maintes occasions, est ! Notre peuple, de par son lien indéfectible au Créateur (et ce, de manière bilatérale) est éternel. Aussi il peut clamer sans friser le ridicule: « Nous sommes »

« Juif » enfin. Il est a noté la nuance qu’opère les dictionnaires entre l’utilisation du mot avec ou sans majuscule. « Juif » appartenant au Peuple Juif, « juif » de confession juive. Mais ce ne sont que des palabres mal attentionnées, le « Juif » est un descendant de ces hommes et de ces femmes qui sont sortis d’Egypte, qui devint « Juif » pour malheureusement devenir dans certaines consciences « juif » (abandon du je…) et même se transformer complètement en égyptien (épouser au propre comme au figuré le « tu »). Le mot « Juif » est la traduction de « yehudi« , au moment ou en Perse, seul  Morde’hai s’affirme comme étranger au royaume en puissance car aspirant à réintégrer son Pays,  le Royaume de Yehuda, l’Etat Juif, détruit jadis par les babyloniens… Retrouvons-nous, frères Juifs, ensemble, et bâtissons hâtivement ce « Je » auquel nous aspirons depuis près de 2000 ans, ce « Je » qui perçoit la Torah, la Terre, et son Peuple comme étant l’expression intrinsèque de son Eternité, celle de « Celui qui est », qui fait de nous ce que nous sommes et ce que nous serons.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bonjour, vous venez sur le site Ou Yeshiva and Salvation ... Comment pouvons-nous vous aider? Écrivez-nous directement à Whatapp...